Devenir fleuriste : formation, métier et conseils pour voir la vie en rose

Devenir fleuriste : formation, métier et conseils pour voir la vie en rose

Dans les dîners entre amis, la question survient souvent à propos d’un métier que tout le monde connaît mais qui intrigue parfois : “et toi, comment cela t’est venu d’être fleuriste ?”. J’ai ressenti très jeune une véritable passion pour les fleurs, j’en ai donc fait mon métier. Mais pour devenir fleuriste, le goût des plantes, des fleurs et de la nature ne suffit pas, il faut aussi se former. Par ailleurs, si dans mon cas la passion était précoce, il est tout à fait possible d’entrer dans cet univers merveilleux à tout âge, dès le collège comme en reconversion professionnelle. Pour celles et ceux qui seraient tentés par l’aventure du Flower power mais qui se posent encore quelques questions, voici mes conseils pour essayer de trouver sa voie.

Comment se former ?


Il arrive parfois que le déclic se produise très jeune en taillant de superbes rosiers avec sa grand-mère, ou simplement en composant de magnifiques bouquets pour ses amis en amateur. Mais, comme son nom l’indique, le métier de fleuriste est…un métier ! Il exige donc une véritable formation. J’ai suivi un CAP fleuriste avant de rejoindre l’atelier d’un artisan qui m’a transmis ses meilleures techniques, et de nombreux trucs et astuces. Il est tout à fait possible de suivre d’autres formations comme un BEP ou CAP d’horticulture, ou encore un brevet technique des métiers fleuriste, voire un bac professionnel de fleuriste.

L’essentiel est d’acquérir les fondamentaux de cette activité à la fois poétique et très exigeante. Je recommande également de se former partout où l’occasion se présente, chez un fleuriste de quartier comme dans une grande surface, en stage, en alternance ou en job d’été par exemple. C’est essentiel pour comprendre les rouages de ce travail et c’est un bon premier contact pour mesurer si le feeling est là.

Un fleuriste, qu’est ce que ça fait ?


Après une formation de qualité, à la fois théorique et pratique, c’est le moment tant attendu de se lancer dans le royaume des fleurs ! Mais pour y faire quoi précisément ? Je dois dire que c’est la partie la plus excitante : un fleuriste, en tant que commerçant, doit savoir tout faire. C’est cette diversité que j’aime le plus dans ma vie professionnelle ! Suivre les saisons, tout en anticipant voire en créant les modes : sélectionner les variétés les plus intéressantes et originales, choisir les fleurs et les plantes à proposer à nos clients, qui embelliront leur quotidien. Les aider dans les moments heureux (les occasions festives, les anniversaires, les mariages…), mais aussi les heures de peine comme les deuils ou la maladie. Assurer la gestion et la comptabilité de son commerce si l’on s’installe en indépendant ou en franchisé, organiser son espace de vente si l’on travaille en grande surface, être responsable des décorations florales dans un hôtel: voici encore des missions très différentes et enrichissantes pour les fleuristes. Il y a mille façons d’être fleuriste.

Mes conseils pour les fleuristes en herbe


Selon mon expérience, un fleuriste doit aimer les fleurs mais aussi aimer les gens. Le contact avec les clients est essentiel, non seulement pour vendre comme dans toute activité commerciale, mais aussi pour comprendre leur attentes. Chaque client a un rapport particulier, sensible, intime, avec les fleurs, qu’il faut toujours chercher à comprendre pour le satisfaire pleinement.

Comme en amour, il est parfois nécessaire de multiplier les expériences avant de s’installer sérieusement dans le long terme…N’hésitez pas à accumuler les mises en situation, les expériences professionnelles, avant de réaliser définitivement votre choix ou de lancer votre propre affaire. C’est un métier qui s’apprend moins côté cours que côté jardin ! Cela m’a donné aussi confiance en moi lorsque j’ai décidé à mon tour de me lancer.

Mon dernier conseil : prenez du plaisir ! Il ne s’agit pas seulement de bien connaître la botanique, ni d’exercer un métier comme un autre. Etre fleuriste, c’est pouvoir assouvir chaque jour son envie de couleurs, de parfums, de formes, bref de petits bonheurs qui rendent l’existence si agréable. Si vous prenez du plaisir en travaillant, cela se verra dans vos créations florales et vos clients le ressentiront. C’est LE métier de ceux qui aiment joindre l’utile à l’agréable.

Dylan

Dylan

Véritable métier-passion, être fleuriste a toujours résonné comme une évidence. Ce que je préfère ? Pouvoir laisser libre court à mon imagination en créant des bouquets et compositions débordant d'énergie et de vitamines ! Aujourd'hui c'est avec plaisir que je vous partage mon expérience, mes astuces et mes conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *