Pourquoi le chrysanthème est la fleur incontournable de la Toussaint ?

Pourquoi le chrysanthème est la fleur incontournable de la Toussaint ?

C’est désormais le classique incontournable pour honorer les morts mais le chrysanthème n’a pas toujours été la fleur de la Toussaint. Cette tradition est même plutôt récente puisque notre préférence pour ce végétal très décoratif ne remonte qu’au siècle dernier. Avant de venir embellir les tombes de nos défunts, il a fait un incroyable voyage à travers les continents et les cultures dont l’histoire mérite d’être racontée. Déjà apprécié dans l’Orient mystérieux, en Chine en particulier, il y a trois millénaires, le chrysanthème est surtout devenu l’emblème national du Japon. Et pour cause : en Asie, il est un symbole très prisé de félicité, et même d’immortalité lorsqu’il est jaune. Alors, comment expliquer que le chrysanthème soit devenu, dans notre pays, une fleur profondément associée à la fête des morts ? Laissez-moi vous faire découvrir les origines de cette étonnante tradition.

Une “mode” plutôt récente et… très française.


J’adore plonger dans l’histoire de nos fleurs-stars et des grandes fêtes qu’elles permettent de célébrer : il y a toujours des surprises à découvrir. Par exemple, le saviez-vous ? La Toussaint est une fête, elle-même, récente. On en trouve des traces au Ve siècle à Rome, mais ce n’est qu’au XXe siècle, là encore, que le pape Pie X en fait officiellement la grande date chrétienne qu’elle est aujourd’hui. Auparavant, il arrivait même qu’elle ait lieu en mai. Étonnant non ?

Ce détail historique est très important pour comprendre l’importance du chrysanthème. La Toussaint (la fête de tous les saints) est célébrée le 1er novembre, la fête des défunts le lendemain 2 novembre. Pour célébrer ce moment au coeur de l’automne, il faut donc une fleur résistante : le chrysanthème, qui fleurit à cette époque de l’année, a toutes les qualités requises ! A la différence, notamment, des bougies utilisées jusque-là sur les tombes et qu’il est difficile d’utiliser dans la pluie et le vent – qui sont des phénomènes météorologiques fréquents en novembre.

Le succès tardif du chrysanthème

Le chrysanthème va connaître un succès impressionnant à peu près à la même époque. En effet, c’est à l’occasion du premier anniversaire de l’armistice de 1918, que le président Raymond Poincaré demande aux Français de fleurir les tombes des soldats morts lors de la Grande Guerre. Ils sont évidemment très nombreux, au point que chaque famille ou presque compte un ou plusieurs parents disparus au front. Le chrysanthème s’installe alors dans nos vies et nos traditions. Son côté “pratique” et sa floraison de saison feront le reste…

Quelles fleurs pour la Fête des Morts ailleurs dans le monde?


Le chrysanthème est depuis cette époque un best-seller des fleuristes en France et la tradition s’est étendue à la Belgique. Ses nombreuses couleurs et le large choix qu’offrent ses dizaines de variétés expliquent aussi sa popularité. Popularité qu’on ne retrouve pas dans d’autres pays.

Au Mexique, par exemple, la vedette incontestable est le “cempasuchil » (ou rose d’Inde), cette fleur d’un orange intense qui inonde superbement le pied du volcan Popocatepetl lors de la fête des morts. Dans les cultures juive et musulmane, les fleurs occupent très peu de place. Il est plutôt d’usage de déposer, sur la tombe du défunt, une pierre ou un petit objet qui marque qu’on se souvient de lui longtemps. Dans les pays du Nord de l’Europe, en Allemagne par exemple, où la crémation est très pratiquée, on utilise également assez peu de fleurs pour honorer les défunts : dans la tradition protestante, on “témoigne” plutôt des qualités morales du disparu, avec une grande sobriété.

Pour nous Français, le chrysanthème reste la plante vedette de la Toussaint. « La marguerite des morts », comme le disait joliment Georges Brassens, continuera sans doute longtemps à embellir les cimetières de France à l’automne.

Dylan

Dylan

Véritable métier-passion, être fleuriste a toujours résonné comme une évidence. Ce que je préfère ? Pouvoir laisser libre court à mon imagination en créant des bouquets et compositions débordant d'énergie et de vitamines ! Aujourd'hui c'est avec plaisir que je vous partage mon expérience, mes astuces et mes conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *